LE MARAIS

Patience, délicatesse, écoute des éléments, font partie de ce travail traditionnel où l’homme et la nature s’harmonisent pour créer le sel marin artisanal.

Tributaires du temps nous vivons au jour le jour, espérant nous lever sous un ciel ensoleillé pour finir nos journées avec cette légère brise qui favorise la fleur, et fait miroiter le coucher de soleil à la surface du marais.

marais3RTP.jpg
maudRTP.jpg
jamesRTP.jpg
LA BOSSE VERTE

Sur ce marais salant à l'abandon, nous avons retroussé nos manches et resculpté entièrement à coups de boguette chaque bassin de chauffe et aires saunantes. Le champs de marais se dessine petit à petit au travers de l'argile que l'on prélève, façonne, compresse... 

Après 2 ans de retape et grâce à l'orchestration magique de la mer, du vent, du soleil et le savoir-faire traditionnel du saunier (et de la saunière !) le sel cristallise à nouveau le marais de La Bosse Verte, favorisant aussi l'écosystème.

La magie opère !

Nous récoltons, sur une cinquantaine d'aires saunantes, du gros sel et de la fleur de sel de manière artisanale en respect avec notre environnement.

 
 
LES 4 SAISONS

L’hiver, le marais salant est noyé volontairement sous l’eau de mer, préservant ainsi les différents bassins et levées d’argile contre les attaques érosives du vent, des pluies et des gelées. 

Vient ensuite la préparation de printemps où le marais est remis à sec. Alors commence un long travail de nettoyage (boues et algues accumulées pendant l’hiver), l’entretien des levées d’argiles et autres chemins du marais, la préparation des aires d’évaporation et de récolte. La mise en route du circuit de chauffe est lancée.

L’été arrive... Début juin les aires saunantes commencent à revêtir leur manteaux blanc cristallin offrant au saunier ses premières récoltes. La magie opère... Il faudra récolter tous les jours tant que la météo est clémente. Seules les pluies, diluant alors la teneur en sel du circuit d’eau, peuvent ralentir ou faire cesser la production plusieurs jours de suite, selon les intempéries. 

Les bonnes saisons favoriseront la production jusqu’à l’automne, fin septembre. Les récoltes seront cependant moins importantes durant ces journées où la durée d’ensoleillement est réduite.

maudGS.jpg
jamesGStasselier.jpg
 
PLANhydraulique.jpg
LE CIRCUIT HYDRAULIQUE

Dans les marais, l’eau de mer, qui contient environ 30g de sel par litre, est introduite dans le vasais au moment des fortes marées. Elle y restera en réserve, pour ensuite circuler à chaque besoin dans le réseau hydraulique par lequel elle s’évaporera peu à peu. De bassin de décantation, en bassin de décantation, le soleil et le vent opèrent, transformant l’eau de mer en saumure de plus en plus salée. 

Avec cette évaporation naturelle, la chauffe, tout au long du circuit hydraulique, aboutira dans les aires de récolte où la salinité atteindra 270g par litre. L’eau est alors saturée en sel et cristallise.

Le plus délicat dans le travail du saunier est le réglage de l’eau. Si le principe est simple, il nécessite la maîtrise du réglage des débits entre les différents bassins du marais pour favoriser la récolte. Mettre assez d’eau, mais pas trop, anticiper la force du vent, l’évaporation et les caprices du temps...